Rejoignez nous !

Société

France: un septuagénaire retrouvé mort dans un couloir désaffecté d’un hôpital quinze jours après son admission

نشر

Le cadavre d’un homme de 72 ans a été retrouvé, 15 jours après sa disparition, dans un couloir désaffecté d’un l’hôpital de Marseille, ont rapporté mercredi 4 septembre 2019, des médias français. Le septuagénaire, atteint de la maladie d’Alzheimer s’était rendu à l’hôpital de la Conception, le 19 août dernier pour une piqûre de chimiothérapie, avant de disparaître trois heures plus tard.

De nombreuses recherches ont été entreprises pour le retrouver, sans résultat. Ce n’est que mardi 3 septembre, que la direction de l’hôpital puis la police ont appelé l’un de ses fils pour le prévenir que le cadavre de son père, en état de décomposition avancée, avait été retrouvé dans une aile désaffectée de l’établissement, indiquent les mêmes sources. Choquée, la famille a décidé de porter plainte contre l’hôpital et son service d’oncologie pour «délaissement» d’une personne vulnérable.

Le vieil homme est selon toute vraisemblance décédé seul. Une autopsie a été menée mercredi 4 septembre, « qui n’établit pas l’intervention d’un tiers », a précisé à l’AFP le procureur de Marseille, Xavier Tarabeux. Une enquête est en cours pour déterminer les circonstances exactes de la mort. « Notre métier est de soigner. Tout le monde se sent responsable », a déclaré Sylvia Breton, directrice adjointe de l’AP-HM, qui a présenté ses condoléances à la famille, au cours d’une conférence de presse organisée mercredi.

Colère et indignation des proches

Un discours qui ne passe pas auprès de la famille, qui avait placardé depuis deux semaines de nombreux avis de recherche dans le quartier. Avant même la découverte du corps, M. Hospice a porté plainte contre l’hôpital pour « délaissement » d’une personne vulnérable. « Il aurait été préférable qu’il soit accompagné. Il était désorienté et dément », a regretté la directrice adjointe. « Nous n’étions pas au courant d’épisodes récents » de fugue, qui s’étaient produits peu avant à l’EHPAD, a de son côté précisé le professeur Régis Costello, chef du service d’hématologie. « Il était connu pour sa pathologie hématologique, pour sa pathologie neurologique, mais pas pour les fugues, c’est un patient qui ne posait aucun problème », a-t-il souligné.

Dans l’attente des  résultats de l’enquête judiciaire en cours, plusieurs mystères demeurent. L’unité désaffectée dans laquelle le cadavre a été retrouvé, à l’intérieur d’une chambre dont la poignée était cassée, avait été fouillée plusieurs fois, sans qu’aucun bruit ou signe de présence ne soit décelé. L’unité elle-même était verrouillée, même si le parcours du vieil homme a pu le mener jusqu’à une issue de secours, retrouvée fracturée.

Continue Reading

Trending

© Copyright 2019, Tous droits réservés | Site développé par l'agence ZEN COMMUNICATION